Orage, odes et espoirs

Ce jeu de mot est limite (en plus d'être faux), je le sais, mais c'est voulu. C'est pile le thème que j'ai envie d'aborder aujourd'hui.

Je dois reconnaître que j'ai beaucoup de mal à lire un texte dont le titre est un jeu de mot, aussi subtile soit-il. Pourtant, à l'oral, ça ne me pose aucun soucis. Je suis même un champion des jeux de mots pourris, forçant mes amis à se "face palm" à chaque fois. Et c'est une facette de moi que j'assume totalement.

Mais pourquoi ce réflexe de rejet quand c'est à l'écrit ?

Quand j'ai commencé à analyser cette réaction chez moi, j'ai d'abord pensé à un problème d'ego : "mes blagues sont drôles mais pas celles des autres". Mais non, je me bidonne volontiers sur les jeux de mots pourris des autres.
Je vais vous passer toutes les étapes de ma réflexion pour arriver directement à la conclusion, pas vraiment surprenante : faire (sou)rire, c'est dur, encore plus par écrit !

Ben oui, toute la superbe d'un jeu de mot se trouve justement à l'oral, quand les sonorités sont proches et que l'auditeur doit prêter oreille et attention pour le faire jaillir dans son cerveau. À l'écrit, le travail est tout autre et réclame une finition plus importante pour cacher le jeu au sein même des mots.

Au final, suis-je plus exigent face à un texte ? Ai-je besoin de plus de subtilité pour apprécier ?

Ce qui est marrant, voire carrément intéressant, c'est que cette interrogation pseudo-existentielle ne me remet pas en question seulement en tant que lecteur, mais aussi en tant qu'auteur. Ça me permet de prendre conscience de tout le talent et le travail nécessaire pour réussir à produire l'effet voulu avec un texte. Il ne suffit pas d'avoir l'idée, encore faut-il savoir la mettre en œuvre correctement.

Tout ça confirme bien ce que je pensais de moi. Je suis un auteur, qui sait comment créer des univers, des personnages et des scénarios, mais je ne suis pas un écrivain, du moins pas encore. Il me reste beaucoup de chemin à parcourir pour savoir précisément quels mots choisir pour obtenir les émotions que je recherche chez mes lecteurs.

C'est dingue comme une petite interrogation, apparemment sans importance, peut te faire prendre conscience de choses assez énormes. J'adore de plus en plus ce métier :D

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ces auteurs autoédités aigris

[Nouvelle] Ivy

Comment soutenir un auteur indé ?